Rester sous l’emprise d’une Mère Toxique

Femme qui se bat contre sa mère toxique

A présent, vous en êtes sûre à 100 %, votre mère est ce que l’on appelle une personne “toxique”.
Vous êtes soulagée de pouvoir enfin mettre un mot dessus.
Vous vous êtes renseignée à travers divers blogs, forums, sites, ou sur les réseaux sociaux.
Vous voyez que vous n’êtes pas seule à faire face à une mère toxique. Mais ce dont vous vous rendez surtout compte, c’est que la souffrance ne s’arrête jamais tant qu’on ne prend pas une décision.

Certaines décident de faire face. Elles en bavent toute leur vie en se disant que ça ira mieux quand la mère ne sera plus de ce monde. Pas sûr….

Ce qui est certain, c’est que s’acharner à contrer une personne toxique, c’est mourir à petit feu.

En faisant cela, vous vous oubliez et ne pensez qu’à la personne qui vous manipule.
Bien évidemment, tout ceci n’est pas sans conséquences sur vos enfants. Car en choisissant de négocier éternellement avec votre mère, vous mettez votre vie de côté.

Supporter votre mère toxique vous épuise jusqu’à l’écroulement

C’est sûr que faire comme si votre mère était parfaitement normale, c’est la solution la plus “facile”. Après tout, vous “n’avez” qu’à la subir, comme d’habitude, serrer les dents, les poings, et prendre sur vous.

Vous faites ça depuis tellement d’années, alors pourquoi arrêter et risquer d’envenimer les choses ? 

Peut-être pensiez-vous différemment avant de porter la vie dans votre ventre ?

Mais aujourd’hui, à l’instant présent où vous sentez bébé bouger en vous, où vous portez votre enfant dans vos bras, ou à l’école…..

  • Pensez-vous que vous faire manipuler chaque jour par votre mère vous fait du bien ?
  • Est-ce que cette situation vous épanouie ? 
  • Vous sentez-vous sereine et confiante en l’avenir ? 


Je ne peux répondre à votre place, mais pour être passée par là, je me doute de ce que vous vivez à l’instant présent.

Vous n’avez sans doute pas envie de “tout foutre en l’air” sous prétexte que vous ne vous entendez pas avec votre mère toxique. Vous ne voulez pas mettre le bazar dans la famille ; être jugée par vos oncles, tantes, cousin(e)s, frères, sœurs.

En gros, vous pensez aux autres, et pas à VOUS. Personne ne vous jettera la pierre. C’est une habitude. Depuis toujours, vous faites attention à vos faits et gestes pour ne pas froisser maman. Donc, lui dire ses 4 vérités en face, ce serait l’apocalypse.

Mais avez-vous pris le temps de penser à vous ? A vos enfants ou futurs enfants ? A votre avenir dans cette relation conflictuelle ? 

En retirez-vous du bon ?
Honnêtement, qu’y a-t-il de positif dans tout cela ?

RIEN.

Absolument rien.

Ah si, elle, votre mère, en retire de la satisfaction. Elle se sent forte, vivante de vous savoir toujours présente pour l’écouter déblatérer sur les autres, même sur vous. Elle est rassurée d’avoir sous la main sa poubelle émotionnelle.

Et vous, petit à petit, vous devenez son ombre. Vous êtes comme un papier chiffonné, jeté à côté de la corbeille, qu’on ne prend même pas le temps de ramasser. Et un beau jour, vous vous écroulez, physiquement et psychologiquement. 

➡️Vous étouffez

➡️Vous pleurez

➡️Vous hurlez

➡️Vous tremblez

➡️Vous tombez

Contrer votre mère toxique vous tue à petit feu

Plutôt que de serrer les dents, vous préférez dire NON ? Non aux demandes de votre mère, non à ses appels téléphoniques, non à ses visites, non à ce qu’elle vous demande ? 

C’est une sage position, mais extrêmement dure à tenir. Pourquoi ? 

Parce que malgré vos “non”, vous restez toujours en contact avec elle. Vous l’écoutez pour lui répondre. Vous lui faites ce plaisir de rester sous son emprise, de continuer à échanger.

Tout ce que vous faites en réalité, c’est la nourrir. Vous lui donnez la becquée. Elle ouvre grand sa bouche, et vous lui donnez très peu, mais vous lui donnez quand-même.
Pour lui dire non, il vous faut d’abord l’écouter, et là, elle gagne. Elle prend de votre temps, de votre énergie, de votre patience, de votre vie.

Vous vous épuisez petit bout par petit bout. On ne s’en rend pas compte tout de suite, il faut du temps pour voir arriver la limite, des années.

C’est insidieux, impalpable, invisible (pour le moment). Puis, quand vous vous réveillez enfin, tout arrive d’un coup.

Bien sûr, parfois on n’a pas le choix. Quand on a des enfants par exemple. Les grands-parents ont le droit de garder le contact avec eux. Dur dilemme n’est-ce pas ? Mais vos enfants n’ont pas à se trouver en porte-à-faux.

A vous de voir ce qui vous convient le mieux :

  • simplement envoyer des nouvelles par mail, sms
  • envoyer des cartes pour son anniversaire, le nouvel an
  • envoyer des photos pour montrer comment grandissent les enfants
  • tester la conversation via Skype entre les enfants et leur grand-mère (tout en restant dans les parages)
  • accorder un nombre de visites définit “In Real Life”
  • etc.

Le choix n’appartient qu’à vous. Peut-être y trouverez-vous un certain équilibre, peut-être pas.

Ce qui peut/risque de se produire, c’est de vous retrouver encore une fois face à la manipulation maternelle. Jamais vous n’avez de répit tant que vous gardez un contact, aussi petit soit-il.

Vous visitez votre mère avec vos enfants pour les anniversaires ? Vous remettez alors les pieds dans son foyer toxique. Les phrases blessantes sont de retour. Vous rentrez ensuite chez vous en ruminant ce qu’il s’est passé. La spirale infernale est alors de retour.

Faire un nouveau choix pour vivre sans toxicité

Heureusement, le choix de départ peut changer. La vie évolue, vous aussi, vos enfants aussi. Vous avez peut-être de nouvelles envies. Vous aspirez à autre chose. La liberté totale et la culpabilité vous tiraillent.

Pour vous aider à comprendre, je vais prendre mon exemple.

J’avais décidé de garder le contact avec mon père, mais pas avec ma mère (rectification, c’est ma psychologue qui m’avait conseillé ceci !). J’ai tout fait pour que ça se fasse ainsi. Mon père avait compris, et s’arrangeait pour qu’on se contacte uniquement quand il était seul.
Mais petit à petit, ça a basculé comme avant. J’ai de nouveau eu droit à des conversations avec ma mère en arrière-plan. Impossible de mener une discussion ainsi ! il y avait toujours cette intrus !

Pareil pour les appels manqués, ma mère a de nouveau recommencé à répondre sur le portable de mon père.

Tout recommençait. Tout ce que j’avais réussi à mettre en place s’effondrait. Je me sentais à nouveau mal, manipulée, remise au statut de gamine.

J’ai blâmé mon père durant un long moment, jusqu’au jour où j’ai compris qu’il était lui aussi victime de ma mère. Mais lui avait choisi son camp, et moi le mien.

Pour mon bien-être physique et mental, ainsi que celui de mon mari et mes enfants ; j’ai choisi de ne plus répondre aux appels de mon père.

Il y en a qui vont jusqu’à déménager à l’autre bout du monde pour faciliter l’arrêt du contact.

Rien n’est gravé dans le marbre. Certaines coupent les ponts, puis reprennent contact sous LEURS conditions. Ça marche bien ou pas du tout.


Testez et vous verrez ce qui vous convient le mieux… pas ce qui convient à votre mère !

L’exemple de mon vécu n’en est qu’un parmi tant d’autres. Il est juste là pour vous avertir sur ce qui peut se passer par la suite. Cela n’arrivera peut-être pas.

Gardez toujours au fond de vous l’idée que quoique vous choisissiez, votre mère reviendra toujours à la charge. Restez maîtresse de votre vie, droite dans vos bottes, et osez exister comme vous l’entendez !

Laisser un commentaire